¡ E calo ! ¡ E calo !*

chinois

© Photo Xdr

Sur le MercaMadrid, beaucoup de ‘puestos’ (l’équivalent de nos cases) s’agacent de voir les nuées d’acheteurs chinois qui arpentent le carreau tout au long de la matinée pour repérer les lots en bout de course, noter les prix sur un petit bout de carton, et revenir à la fermeture pour que le vendeur, las, les laisse emporter le colis pour un prix dérisoire évitant juste la benne. On les accuse d’être des vautours, de profiter de la situation, de vivre aux crochets et aux dépens des importateurs qui, eux, prennent les risques… Pourtant, aux delà de l’ethnie, ils existent et sont utiles sur tous les marchés de gros du monde. D’ailleurs, ils payent en plus généralement rubis sur l’ongle.
Il y a même des pays qui se sont fait une spécialité de gagner de l’argent simplement en agissant en opportunistes et en profitant des à-coups du marché. Non… vous ne voyez pas? Allez, je vous donne un indice: ce sont les mêmes qui ne font pas la queue pour décharger en plateforme et roulent à 110 km/h sur la file de gauche de l’autoroute…

* C’est cher ! C’est cher ! Avec l’accent chinois.