Écran total

Sûr de son emprise inquiétante, notre smartphone nous informe maintenant en fin de journée du temps pendant lequel il a réussi à nous manger un peu plus le peu de cerveau qu’il nous reste. Il n’y aura bientôt plus que le téléphone pour être smart…
Où en sommes-nous ? On se réveille avec son smartphone, l’œil encore torve mais déjà avide des petits ronds rouges de notification, on feuillette sans vraiment lire, encore moins en l’analysant, une actualité déjà prémâchée en catégorie sur l’application de feu son quotidien, l’écran du GPS nous dit par où passer, puis on travaille une bonne partie de la journée sur l’écran de son ordi, en s’envoyant des mails et autres messages d’un bureau à un autre. Et on voudrait maintenant que je me convertisse à la liseuse ?
Eh bien non.
Je ne serai pas un Japonais s’arrêtant tous les 10 mètres sur le Cour pour un selfie selfish relayé automatiquement à toute la famille connectée au pays et vivant le voyage d’une vie par procuration.
Je ne me traînerai pas avec ces hordes d’ados voûtés que l’écran qui les précède et les écouteurs qu’ils ne quittent plus isolent complètement du monde en les enchaînant jour et nuit à des réseaux antisociaux. Amusant d’ailleurs de voir que, pour mieux masquer ce fil à la patte, les écouteurs ne s’envisagent maintenant que… sans fil mais en noise-réduisant les bruits du vrai monde !
Et donc, même si c’est a priori écologique, plus économique, ultra pratique quand on vit à l’étranger pour trouver des bouquins en français, adapté au mistral, au soleil et waterproof, je n’achèterai pas de liseuse !
En amour, on dit que le meilleur moment, c’est quand on monte l’escalier. Eh bien moi, pour la lecture, j’aime encore feuilleter, parcourir, picorer quelques pages papier du bout des yeux, choisir sous la pile un exemplaire encore vierge de mains inconnues et sans corne… plutôt que pointer bêtement mon index sur une énième application.
Désolé, mais pour relire – impression papier vintage – le tristement prophétique « 1984 »… je préfère mon édition de collégien que le Télécran.
Vive les vieux cons réac !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *