Les raisins de la co… !

Une suractivité professionnelle m’ayant forcé à lever, à regret, la plume depuis quelque temps sur mon blog, je ne peux cependant résister aujourd’hui à l’envie de partager avec vous un petit bijou d’absurdité, à première vue insignifiant mais tellement représentatif d’une filière qui perd parfois pied.
Je vous présente… la barquette de grains de raisins à l’unité !
Nous avons fait connaissance fin décembre dans un hyper de Séville, dont je pense par ailleurs globalement le plus grand bien et auquel je suis fidèle.
Il existe en Espagne une tradition très sympa qui veut qu’on célèbre la nouvelle année en mangeant 12 grains de raisins aux 12 coups de minuit de l’horloge. Jusque-là tout va bien.
Mais, sorti du cerveau torturé d’un catman à l’humeur inventive, d’un producteur ne sachant plus quoi tenter pour tenter de créer de la valeur, d’un directeur qui a des amis en bord de mer, on ne saura probablement jamais qui a pondu ce truc.
Alors dans le désordre :
• plus de plastique que dans le visage de Cher, à un moment ou certains consommateurs font leurs achats en portant des teeshirts « Fuck plastic »,
• la majeure partie de l’emballage occultante alors qu’un grain de raisin détaché de sa rafle évolue plus vite que le programme d’Hidalgo maintenant pour la police municipale. D’ailleurs, dans la barquette, c’est un peu comme à l’Assemblée espagnole d’aujourd’hui : un mélange de vert et de marron dont personne ne veut vraiment mais, comme on n’a rien d’autre…
• conditionnement à Alicante, histoire d’ajouter des coûts de transport à ceux de conditionnement et mise en situation façon souk fin de marché,
• et, last but not least, la silhouette de la cloche stylisée pour ceux – à moins que le rappel graphique soit finalement pour eux – qui n’auraient pas compris le positionnement du produit !
On a beau être en Espagne, et en Andalousie de surcroît, pas connue pour être une région des plus stakhanovistes, je ne veux pas croire que l’action de détacher les grains de la rafle soit physiquement trop intense, ou alors le produit a été conçu pour aider les personnes âgées avec le même niveau d’énergie que le grand-père de Leatherface !
En guise de rappel au spectacle, le magasin n’ayant évidemment rien vendu avant le nouvel an, le produit est… soldé à 50 centimes en début d’année, des fois que le produit soit sous APC (atmosphère plus que contrôlée) et qu’un client veuille stocker pour l’an prochain.
Produit aberrant, prix au kg délirant, pas de vrai service, puis peur de jeter, tout y est !
À l’inverse, et pour rester sur une note positive, j’ai vu le même jour, sur une TG de citron vert (bateau, pas avion, c’est à dire moins vert mais bien plus juteux, les consommateurs espagnols connaissent bien les agrumes, eux !), simplement posée une bouteille de rhum, pour évoquer les Mojitos de la plus simple des façons. Bravo.
Et si un casse-c…ommerce des fraudes vient vous expliquer que alcool, que contact alimentaire, que je ne sais quoi d’autre, mettez-le aux huîtres. En les ouvrant pendant 8 heures pour le client, il apprendra à la fermer quelques minutes…

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *