Peluquería

© Xdr

Une réunion préparatoire interminable, juste pour se donner les moyens d’agir mais sans agir, une prise de parole en retard (prévue à 14 h, effective à… 21 h), la cravate de travers à la Hollande, des questions alambiquées arrivées via le Dieu Wassap, pas de doute, on est bien en Espagne pour la première prise de parole du chef du gouvernement sur le Covid-19.
Mon amusement ne vient pas de là, mais du bug de la première liste des commerces qui pouvaient continuer à ouvrir, liste dans laquelle figuraient bizarrement… les coiffeurs ! D’abord, absence de besoin tant les coupes de cheveux sont stéréotypées ici. Pour les hommes : les jeunes ont la coupe footballeur playmobil faite à la tondeuse, portée avec l’indispensable barbe hipster, les vieux sont des Don Salluste chauves qui n’ont plus besoin de coiffeur depuis longtemps. Pour les femmes : l’Espagnole a de magnifiques cheveux marron foncé et longs, quasiment jamais coupés depuis toute petite, et dont elle rafraîchit seulement les pointes avant d’y glisser ses Ray-Ban Aviator. D’où a donc pu venir cette lubie de vouloir laisser ouverts les coiffeurs ? Une demande express du ministre Pablo – parce que je le vaux bien – Iglesias ? Une conséquence malheureuse de la parité dans le gouvernement ? Un copier/coller malheureux  ? On ne saura jamais, mais on a bien rigolé.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *